Plans locaux de prévention & Acteurs / sécurité | 19 Juin 2017

Partenariats locaux de prévention : le rôle de chacun est bien précisé

© Police locale OLLN

La participation à un partenariat local de prévention (ou PLP) est ouverte à tous les habitants qui résident dans le quartier concerné. La philosophie développée par le PLP : renforcer le sentiment de sécurité et contribuer à la convivialité au sein du quartier, devenir un acteur d’une société sûre où il fait bon de vivre. Chacun a donc la possibilité de signaler des faits d’insécurité ou nuisances, d’émettre des suggestions, de donner son avis et d’être informé en conséquence.

Les acteurs des PLP sont les citoyens d’un quartier déterminé, encadrés par un coordinateur et un fonctionnaire de police mandaté par la zone de police locale. Ces acteurs de première ligne sont soutenus par les autorités locales, les services de prévention locaux et le SPF Intérieur. La circulaire ministérielle de fin 2010 (en référence) détaille précisément le rôle de chacun de ces acteurs.



Le coordinateur, animateur et relais entre police et citoyens



Les citoyens qui sont membres d’un PLP désignent en leur sein un coordinateur dont le rôle est de veiller à l’organisation correcte et au bon fonctionnement du partenariat local de prévention. Ce coordinateur est la personne de contact : il joue le rôle de relais entre la zone de police et les habitants du quartier en question. Dans les cas urgents, rien ne change bien évidemment : l’appel est fait directement aux services de police via le 101.


Les qualités d’un bon coordinateur sont d’excellentes aptitudes sociales et de communication, de même qu’un sens de l’initiative aigu. Il ne doit pas disposer de moyens techniques spécifiques. Une étroite implication avec le quartier suffit. Idéalement, le coordinateur doit être assisté par un comité de pilotage composé de quelques autres résidants. Grâce à ce comité de pilotage, la durabilité du projet est garantie et l’absence ponctuelle (pour maladie, vacances,...) du coordinateur est de ce fait mieux palliée.


Les tâches du coordinateur et du comité de pilotage sont donc la transmission de l’information sur le concept PLP aux citoyens. Le coordinateur doit, à ce titre, devenir le point d’information pour toute personne souhaitant s’inscrire au projet, sensibiliser à un bon comportement de signalement, gérer efficacement les échanges d’informations et la collecte de données entre les participants à partir du plan de communication mis en place en collaboration avec la police.

Le coordinateur veille également au suivi du bon fonctionnement du PLP : réception et envoi des messages mis à la disposition de la police, concertation avec la police sur un manque éventuel d’information,...



Le fonctionnaire de police référent, formateur et conseiller


Le policier référent est mandaté par le Chef de corps pour être l’interlocuteur du PLP au sein de la zone de police. Dans un premier temps, son rôle est de transmettre toutes les informations utiles sur le fonctionnement d’un PLP aux citoyens qui désirent développer cette initiative.

Une fois l’information diffusée, il devient formateur pour ce qui concerne la communication des messages, le fonctionnement du réseau préventif local, le suivi et l’évaluation des échanges d’informations entre la police et le coordinateur. Il doit également donner un feedback au coordinateur sur le déroulement de la communication.

Le fonctionnaire de police mandaté veille en outre à la bonne coordination avec tous les autres acteurs policiers impliqués tant au niveau local que fédéral, et avec les autorités judiciaires. Il intègre enfin le PLP dans les plans politiques policiers et judicaires concernés (chartes de sécurité, plans zonaux de sécurité, ...).



Les membres du PLP


Les habitants du quartier qui adhèrent à la philosophie préventive énoncée dans la charte du PLP, sont attentifs et signalent, via leur coordinateur, ce qui peut interférer avec la sécurité et le vivre ensemble en général. Il peut s’agir de faits suspects, de nuisances, de problématiques liées à la mobilité, la prévention incendie, etc. Tout en respectant la vie privée d’autrui, les membres PLP vont à la rencontre des autres résidants et s’efforcent de propager un ressenti collectif de convivialité et sécurité.




Article précédent : Intensifier les partenariats locaux de prévention ?

Article suivant : La dynamique d’un partenariat local de prévention 




Pierre Persoon et Christian Arnould



Lire aussi: http://www.policelocale.be

|

« Retour à la page précédente


 

 

 

Newsletter

Je m'inscris !