Sécurité routière - Conseils | 21 Mars 2017

Reprendre la route à moto, en toute sécurité

© Secunews.be

Que l’on ait une bonne expérience ou non de la conduite en moto, il n’en reste pas moins recommandé aux motards qui décident de reprendre la route après une interruption de plusieurs mois, de faire preuve de prudence et de se préparer en conséquence.



Avant le départ, le motard vérifiera :



• l’état des pneus et leur pression. A noter que les pneus des deux roues motorisés s’usent plus vite car ils sont composés de gommes plus tendres (plus de caoutchouc) ; il faut donc les changer plus souvent qu’une voiture. Quant aux pneus sous-gonflés, ils entraînent une surconsommation de carburant ainsi qu’un échauffement qui peut provoquer leur éclatement

• l’éclairage avant et arrière

• la tension et le graissage de la chaîne, le niveau d’huile

• son équipement personnel et plus particulièrement l’état du casque et de la visière, des bottes et des gants. Une visière sale empêche non seulement de bien voir mais accroît, qui plus est, l’éblouissement par les phares des véhicules que l’on croise ou par le soleil. Les vêtements seront solides et bien ajustés, si possible aux couleurs vives ou munis de bandes rétro-réfléchissantes.


Choisir un bon équipement est fondamental
car casques et vêtements constituent la seule protection du motard en cas de chute. Voir notamment les conseils du site français prévention routière à ce sujet. La loi oblige d’ailleurs le motard à se couvrir complètement. Voir aussi l’article Code de la route : ce qui change pour les motards, dès le 1er septembre 2011 (en référence).




Lorsqu’on reprend la route, il est recommandé de
 


• commencer progressivement la conduite sur de petits trajets avant un long périple


• ne pas oublier d’allumer les feux de croisement de jour


• rester très vigilant à l’état de la route et aux conditions météorologiques, de respecter les limitations et d’adapter sa vitesse aux circonstances


• ne pas transporter de passager durant les premières sorties et, dans tous les cas, d’éviter le transport d’enfants de moins de 10-12 ans.




Christian Arnould, Olivier Quisquater




Lire aussi: http://www.secunews.be/fr

|

« Retour à la page précédente


 

 

 

Newsletter

Je m'inscris !