Le bouton « j’aime » de Facebook ne respecte pas le droit à la vie privée

Le bouton «j’aime» de Facebook est moins innocent qu’il n’y paraît. Utile pour les webmasters, il va à l'encontre de la législation européenne en matière de protection de la vie privée.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés de SecuNews.be. Vous pouvez cliquer ici pour souscrire à un abonnement.