Criminalité économique, financière, informatique

NEWS

Déceler les contrefaçons sur Internet : comment procéder ?

En alimentant une économie souterraine, le marché de la contrefaçon représente un véritable fléau pour les entreprises et les consommateurs. Depuis le développement des petites annonces en ligne, les contrefacteurs exploitent de nouveaux canaux de distribution pour écouler des marchandises qui, ne respectant pas les consignes de sécurité, sont à l’origine de milliers d’accidents chaque année.

Comment différencier un produit original d’une contrefaçon ?

Le commerce de la contrefaçon représente un véritable cancer pour notre économie et en touche tous les domaines sans exceptions : médicaments, vêtements, jouets, cigarettes, etc. Mais au-delà de son impact économique, les risques qu’il fait courir à notre santé sont bien réels. Chaque année, les marchandises contrefaites sont ainsi à l’origine de milliers d’accidents. Les quelques réflexes qui suivent peuvent pourtant limiter les dégâts.

Le RIP DEAL : Ne pas tomber dans le piège, conseils pratiques

Une personne vous contacte de l’étranger et semble être vivement intéressée par la vente de votre maison, de votre véhicule ou encore de quelques pièces rares de collection ? Aucune raison de s’inquiéter, mais il est néanmoins recommandé de prendre quelques précautions avant de céder aux diverses propositions de votre interlocuteur.

Le RIP DEAL : savoir l’identifier pour mieux s’en prémunir

Nous avions détaillé les caractéristiques principales de cette escroquerie. Comment les auteurs – en répondant à une annonce de vente –parviennent-ils à soutirer de l’argent à leurs victimes ? Pour répondre à cette question, nous poursuivrons la compréhension de leurs modes opératoires et conclurons sur les mesures préventives qui peuvent minimiser les risques d’escroquerie ou contribuer à l’interception des malfaiteurs.

Le RIP DEAL : la «bonne affaire» qui peut coûter cher

Le Rip-deal, ou «pigeon drop», consiste essentiellement en une escroquerie survenant lors d’une transaction en espèce. De nature organisée et transnationale, cette criminalité touche les particuliers, les indépendants ou les sociétés, qui mettent en vente des biens de valeurs (immobiliers, objets de luxe, etc.). Mais également ceux qui sont à la recherche d’investissements (reprise d’entreprises, crédits, etc.).

Le blanchiment des fonds de la cybercriminalité : cryptomarchés et cryptomonnaies

Si le cybercrime devient de plus en plus accessible, les gains – souvent financiers – demeurent difficiles à monétiser lors de leur passage du virtuel vers l’économie réelle et licite. Par contre, les monnaies numériques dont le développement soulève de nombreuses questions tant au niveau de leur utilisation que de la législation, peuvent-elles représenter de nouvelles opportunités pour le cybercriminel ?