Petite délinquance

NEWS

Secured by design : concevoir un quartier offrant plus de sécurité

L’aménagement et la conception d’un lieu, qu’il s’agisse d’un espace public ou privé, peuvent avoir une influence significative sur le développement d’infractions (vols, actes de vandalisme tels que des graffiti,…) ainsi que sur le sentiment d’insécurité. Pensons par exemple à un parc peu fréquenté, comprenant des buissons ou caches possibles, mal éclairé la nuit de telle sorte que l’individu qui s’y promène, ne se sent pas vraiment en sécurité.

Les ghettos urbains et leurs réalités interpersonnelles

Les médias expriment souvent de manière ponctuelle et déformée l’isolement et la «loi du plus fort» qui règnent dans certains quartiers des banlieues des grandes villes françaises. D’où l’intérêt de se pencher sur des études approfondies et en particulier, les conclusions d’une enquête menée durant cinq années par le sociologue Didier Lapeyronnie, au sein des quartiers populaires d’une ville moyenne de France.

Quelques pistes pragmatiques pour lutter contre les graffitis

Qu’il soit perçu comme une création artistique ou comme un acte de vandalisme, le graffiti (dessin à la peinture) ou le tag (signature calligraphiée) reste un délit s’il est réalisé sur un bien public ou sur un bien privé sans consentement du propriétaire. Dans ce cas, il est défini par la loi comme un acte de dégradation volontaire et son auteur est civilement et pénalement punissable par la loi.

Une violence à caractère multiforme qui s'exerce dans la sphère privée

Régulièrement, les services de secours sont amenés à intervenir sur les lieux de différends conjugaux à l'occasion desquels une certaine violence s'est exprimée. Les violences conjugales peuvent toucher n'importe quel couple, dans n'importe quel milieu socio-culturel, quel que soit l'âge et l'orientation sexuelle. Le plus souvent, les victimes sont des femmes, mais il existe aussi des hommes qui subissent des formes de violence de la part de leur partenaire. Il ne s'agit pas d'une maladie, ni d'une fatalité, mais d'un cercle vicieux qu'il faut rompre.

Les délits de haine sur Internet : directives des Procureurs généraux

Ayant traité des intervenants concernés ainsi que des règles à suivre pour lutter contre la discrimination et les délits de haine (Col.13/2013), dans cette deuxième nouvelle nous examinerons brièvement si de tels délits sur Internet peuvent être assimilés à des délits de presse. Nous détaillerons alors la responsabilité des fournisseurs et les moyens d’intervention dont disposent les policiers ainsi que les magistrats.

Les délits en matière de discriminations et de haine

Une circulaire du Collège des procureurs généraux du 17 juin 2013 tend à mettre la Belgique en conformité avec les directives européennes concernant la lutte contre les infractions aux lois «anti-discrimination», «genre» et «antiracisme». Elle dresse essentiellement un cadre permettant une politique uniforme des différentes autorités concernées, après avoir établi une liste des normes fédérales, communautaires et régionales.

Inciter les résidents à s’approprier un quartier contribue à sa sécurité

La sécurisation d’un quartier ne passe pas forcément par le placement de caméras de vidéosurveillance ou par la pose de hautes clôtures délimitant le domaine public, comme l’on en rencontre dans les gated communities. Un quartier sécurisé le sera avant tout par son aménagement de telle manière qu’il incite ses résidents et ses visiteurs à y vivre une cohabitation paisible et agréable.