La signalétique, un atout pour la sécurité des piétons et cyclistes

Un piéton, un cycliste ou un joggeur est plus vulnérable lorsqu'il est désorienté ou égaré dans l'espace urbain. Une signalisation judicieuse rend l'usager maître de son environnement et diminue ainsi son sentiment de stress ou d’insécurité.

 

Une signalisation claire et bien placée

Outre le respect des normes en vigueur, la signalisation se doit d’être précise, facile à comprendre et placée à des endroits stratégiques. Plus le risque de désorientation est élevé, plus elle doit être présente. D’autant plus que les espaces sans repères ont tendance à être délaissés, augmentant ainsi le risque d’agression.

Il faut donc tout particulièrement soigner la signalisation dans les lieux où l’organisation de l’espace est complexe : bâtiments imbriqués les uns dans les autres, multiplication des impasses, circulation difficile, enchevêtrement d’escaliers, de porches ou de passages étroits. Les carrefours, les tunnels ou les escaliers sont également des endroits stratégiques en zone urbaine.


Une fonction d’orientation


La signalisation a pour fonction première de faciliter l’orientation. Elle doit dès lors être tournée vers les besoins des usagers et rester apparente, sans nuire à la visibilité.

- Des panneaux spécifiques indiquent, aux piétons en particulier, les renseignements essentiels facilitant l'accès aux bâtiments officiels, musées, hôtels, transports publics, offices postaux, offices du tourisme, etc.

- Des plans d’orientation, placés à des endroits stratégiques (les sorties de métro par exemple), précisent la localisation des rues, des différents services ou des points d’intérêt du quartier.

- Dans les édifices municipaux, les différents services doivent être bien indiqués et les heures d’ouvertures précisées.

- Lorsqu’on évolue dans un environnement inconnu, les plaques mentionnant le nom des rues constituent une source principale d’information. Il est donc essentiel de les entretenir et de vérifier si elles ne sont pas cachées par les arbres.

- Les cartes d’orientation se révèlent indispensables dans les vastes parcs, complexes de loisirs, circuits de promenades ou réseaux de pistes cyclables. L’indication des temps de trajet (à pied, vélo …) doivent au besoin compléter le dispositif d’informations utiles.


Accès aux services de sécurité


Sans que l’insécurité soit stigmatisée, la signalisation intègrera également l’accès aux services d’assistance et la possibilité de trouver de l’aide d’une manière générale. En fonction des lieux et de leur fréquentation, il sera nécessaire par exemple de poser une signalétique pour indiquer la direction et la distance vers les téléphones publics. Certaines villes indiquent également la direction des lieux animés, des pharmacies, des médecins, des arrêts de transport en commun.


La maîtrise de l’espace


Une troisième fonction de la signalisation est d’aider les usagers à maîtriser leur espace. Lors des déplacements, les repères sont extrêmement importants. Ils suggèrent le rythme de cheminement, participent à une animation visuelle et constituent des points d’appui mentaux. Il faut donc qu’ils restent uniformes malgré les différences entre les lieux où ils sont placés.

Dans ce contexte, la forme de la signalisation devient matière à réflexion. Il peut s’agir de panneaux indicateurs, de couleurs, de plans de repérage ou de revêtements de sol. On peut par exemple utiliser des matériaux ou des couleurs différenciées pour indiquer le trajet ou l’usage, une typographie expressive pour guider les piétons, les cyclistes ou les joggeurs.


Une signalétique piétonne spécifique

Les déplacements à pied jouent un rôle important dans l'animation urbaine et doivent être pris en compte de manière spécifique, notamment par :
- une signalétique continue, sans rupture d'information, en particulier lorsque le piéton a le choix entre différents itinéraires ou modes de transport ;
- des itinéraires pratiques d'accessibilité, tenant compte des âges et personnes à mobilité réduite ;
- une signalétique réservée et adaptée à la marche à pied, avec indication en temps de parcours à la place des distances ;
- des itinéraires cohérents, secure et bien entretenus.


Michèle ORBAN
Consultante et formatrice en veille informationnelle


Lire aussi :
Optimiser le réseau cyclable : les bonnes pratiques !
Comment mettre en place une signalétique piétonne pour favoriser la marche ?
Un espace urbain animé et bien conçu renforce la confiance et la vigilance spontanée