Ce site utilise des cookies qui permettent d'optimiser les contenus de Secunews asbl en fonction des statistiques d'audience. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à ces fins. Pour plus d’informations, consultez notre politique de confidentialité. Politique de confidentialité

A A A

A certains moments, un chien peut réagir de manière agressive : pourquoi et quels sont les signaux annonciateurs ? Que faire pour ne pas provoquer cette agressivité ? Quelles bonnes réactions en cas d’attaque ?

 

     

 

D’où vient le comportement agressif ?

 

Tout d'abord, il est important de noter qu'aucun chien n'est agressif à proprement parler, l'agressivité n'étant pas un trait de caractère en soi. L’on ne peut pas vraiment avancer : « Tel chien est agressif et tel chien ne l'est pas ». On ne peut poser une étiquette d’agressivité pour définir un chien comme l’on définirait une personne par un trait de caractère constant.

 

L'agressivité est un comportement qui est déclenché à un moment donné suite à un inconfort ou une peur chez le chien. Tout chien peut à un moment de sa vie se montrer agressif, même le plus doux des labradors.

 

L'agressivité est toujours le résultat de la peur au sens large. Il en va ainsi de la frayeur des vélos, des autres chiens mais aussi de la peur de se faire voler sa nourriture, de la peur d’être dérangé dans la sieste, de la crainte d’être caressé à un endroit douloureux, …

 

L’agressivité peut être aussi le résultat d’une maladie affectant sont système neuronal ou d’un traitement médicamenteux mais dans ce derniers cas, il est excessivement difficile d’identifier des signaux annonciateurs de l’agressivité.

 

 

Les signaux auxquels être attentifs

 

Il y a différentes étapes qui mènent à l'agressivité chez le chien. Ces étapes sont visibles chez tous les chiens à l’exception, parfois, des chiens affectés d’un trouble neurologique ou médicamentés qui peuvent pour leur part ne pas présenter ces signaux.

 

À travers un exemple, on peut pointer les signes auxquels être attentifs.

 

Prenons l’exemple d’un chien effrayé par les vélos. Lorsqu’on le promène en rue, il est calme et détendu, son corps est souple : c'est la phase dans laquelle tous les feux sont au vert.  

 

Si, par la suite, un vélo apparait au loin, le chien fixe alors cet objet, il s'immobilise, son corps est raide. Il se questionne "Est-ce bien cette chose avec laquelle je ne suis pas à l'aise?". C'est la phase où les feux sont à l'orange.

 

Lorsque le chien a compris qu’il était bien face à quelque chose ou quelqu’un qui ne le met pas à l’aise, cela le pousse à fuir et on entre dans la zone rouge. Si à ce moment-là le chien n'a pas la possibilité de fuir car il est tenu en laisse ou se retrouve coincé (contre un mur par exemple) alors seulement il entrera dans la phase agressive qui s'exprime en général comme suit :  Grognements / Aboiements / Morsure.

 

On constate donc que les signes précurseurs d’agressivité sont la plupart du temps l’immobilisme/ la fuite/ le grognement/ l’aboiement et la morsure. Mais attention, si de manière générale ces étapes sont respectées par le chien, il arrive que certains chiens sautent l’une ou plusieurs d’entre elles. Ce peut être le cas d’un chien dont les grognements ont été réprimandés souvent. Il peut passer alors du recul à la morsure sans passer par l’aboiement et les grognements.

 

 

Les signaux d’apaisement chez le chien

 

La plupart des chiens utilisent également des signaux plus subtils appelés signaux d’apaisement destinés à apaiser une situation stressante. Se lécher les babines, bailler, détourner le regard, se secouer, … la liste est longue !

 

Ces signaux peuvent être un indicateur de plus pour analyser l’état d’esprit dans lequel se trouve le chien que l’on observe. Attention toutefois, ils sont parfois difficiles à observer et peuvent être l’objet de plusieurs interprétations valables.

 

 

Comment bien réagir ?

 

La meilleure façon de réagir face à un chien agressif est, bien entendu, de ne pas déclencher cette agressivité.

 

Si l’on observe que le chien en face de nous est tendu, recule ou est déjà dans la phase d'agressivité, on peut apaiser immédiatement les tensions de cette manière :

  • On ne s'approche pas au risque de se faire mordre

  • On détourne le regard (fixer un chien dans les yeux peut être interprété comme une agression)

  • On s'éloigne sans courir, de côté.

 

Au cas où il serait trop tard ...

  • On se protège le visage en mettant ses bras en « X » et on ne bouge surtout pas ! Crier et se débattre ne ferait qu'augmenter la tension.

  • Si le chien qui attaque s'aperçoit qu'il n'y a en réalité pas de danger car vous êtes immobile et silencieux, le comportement agressif s'arrêtera assez rapidement.

 

 

En présence d’enfants

 

Lorsque vous vous baladez avec vos enfants, rappelez-leur de ne jamais se diriger vers un chien ni de le caresser sans l’accord de son propriétaire. Empêchez-les aussi de courir devant un chien. ​Quel qu'il soit.

 

Ce qu'il faut retenir enfin est que la meilleure des choses est et sera toujours la prévention et la réflexion préalable avant d'approcher un chien afin de ne jamais déclencher son agressivité grâce à l'observation des signaux cités précédemment.  

 

Ainsi, si le chien me fixe, est tout raide ou aboie vers moi, il est alors certain que ma présence ne le met pas à l'aise. Je ne m'approche donc pas. Au contraire, s’il vient vers moi en trottinant et que le corps est souple, il est détendu. Il ne me craint pas donc il n'y a pas de raison pour que ma présence engendre de l'agressivité de sa part.

 

 

Sarah CINALLI

Educateur Comportementaliste Canin

 

 

Voir aussi :

Le mythe du mâle dominant est dépassé, éduquer son chien en le respectant


Eviter les risques d’accident lorsqu’un enfant a un chien pour compagnon


Comprendre et gérer le comportement de son chien


Chiens dangereux : quelles mesures peut prendre le Bourgmestre ?