A A A

Il est extrêmement difficile pour un proche ou un parent alcoolique de prendre conscience de sa maladie. Le fait même d’énoncer clairement le problème l’oblige à reconnaitre son incapacité à gérer sa consommation et donc à afficher sa faiblesse. Un aveu engendre en outre la peur d’être jugé ou de perdre la garde de ses enfants.

 

La lecture de cet article est réservée aux utilisateurs de SecuNews.be Veuillez cliquez ici pour souscrire à un abonnement.