Ce site utilise des cookies qui permettent d'optimiser les contenus de Secunews asbl en fonction des statistiques d'audience. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à ces fins. Pour plus d’informations, consultez notre politique de confidentialité. Politique de confidentialité

A A A

Les réseaux sociaux, les messages cryptés, l’abus des procédures d’asile et des législations du travail divergentes sont autant d’atouts pour les trafiquants d’êtres humains et leurs réseaux transnationaux très actifs d’exploitation sexuelle, de main d’œuvre, mendicité, trafic d’organes et d’enfants handicapés. Analysons le rapport de la Commission européenne.

 

La lecture de cet article est réservée aux utilisateurs de SecuNews.be Veuillez cliquez ici pour souscrire à un abonnement.