Ce site utilise des cookies qui permettent d'optimiser les contenus de Secunews asbl en fonction des statistiques d'audience. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à ces fins. Pour plus d’informations, consultez notre politique de confidentialité. Politique de confidentialité

A A A

Les événements de ces derniers jours nous ont apporté leur lot de comportements irrationnels mais aussi de décisions courageuses et de marques de solidarité. Voici une brève analyse de ces réactions dont l’hystérie de masse et des conseils destinés aux responsables et aux individus.

 



Garder avant tout son calme


Dans l’apparition de la panique, on peut distinguer plusieurs phases : la phase de préparation, la phase de choc, la phase de réaction et le lent retour au calme et à la tranquillité.


Avec le Coronavirus, notre pays est tombé sous le choc et a été projeté dans une autre réalité. Cela s’est traduit notamment par une certaine panique qui a poussé des personnes à se précipiter dans les magasins pour se ravitailler de manière déraisonnable, "avant qu'il ne soit trop tard".


La phase de choc est provoquée par la perception soudaine et claire d'un danger. Elle entraîne souvent des réactions irrationnelles, une désorganisation très rapide, à la fois physique et psychologique.


La phase de réaction est induite par la prise de conscience du danger par un grand nombre de personnes. Celles-ci réagissent alors et inondent les médias sociaux qui jouent un rôle important dans la diffusion d’informations, parfois erronées.


Le retour au calme et à la tranquillité se profile lorsque les personnes, lassées de leurs propres comportements - un tel degré d’intensité est difficile à supporter longtemps – retrouvent leur lucidité, et dans beaucoup de cas, après l’intervention d’un leader convaincant.



Le Corona virus était inconnu pour la plupart d’entre nous. Ne surfez pas sur Internet de manière désespérée, concentrez-vous sur les canaux d'information officiels des autorités, suivez les conseils fournis par les spécialistes.


Participez vous-même au contrôle des rumeurs. Réfléchissez avant de partager les messages que vous lisez sur les médias sociaux.


Votre calme, le contrôle de vos émotions et votre sérénité sont aussi communicatifs que vos préoccupations et votre peur. N’oubliez pas que l’humour, l’exercice et une alimentation appropriée renforcent votre immunité.




Si vous êtes un dirigeant


La population doit savoir que des spécialistes assistent les autorités et que chaque communication se base sur des faits mesurables et observables. L’anxiété survient lorsque les gens pensent que ce qu’ils perçoivent diffère de ce qui est annoncé officiellement.


Le sentiment d’unité et d’appartenance génère la confiance. Les individus ressentent de la peur lorsqu’ils sont séparés physiquement du groupe ou de la communauté dont ils font partie. Il est donc nécessaire que ces groupes restent bien constitués et structurés pour éviter une impression d’isolement.


La présence des dirigeants doit en outre être ressentie de manière tangible. C’est notamment le cas des autorités locales sinon les communautés (villages et villes) ont l’impression de ne dépendre que d'une direction centralisée dont elles se sentent fort éloignées psychologiquement.


Le fait que les spécialistes deviennent peu à peu, au cours de la crise, familiers et délivrent des messages en conformité avec la réalité du vécu de la population est prépondérant pour maintenir la confiance dans les médias, les autorités. Dans le cas inverse, si la confiance disparaît, elle ne revient plus jamais et les gens se tourneront vers d’autres sources, dont des fausses nouvelles qui deviennent rapidement virales sur les médias sociaux.



Si vous êtes un dirigeant, montrez l’exemple à travers vos communications personnelles et référez-vous aux mesures préconisées par le gouvernement et les spécialistes.


Lorsque vous avez la direction d’une organisation, entreprise ou association, restez visible, soyez proactif et une référence en tant que décideur et porte-parole pour les membres de votre groupe.


Si vous avez autorité dans un domaine d’expertise ou si vous êtes un homme politique local, gardez l’initiative dans le combat contre le Coronavirus. Acceptez les interviews et profitez de votre position et de vos connaissances pour communiquer le bon message.




La solidarité renforce notre résilience


Initier un esprit d’autonomie et d’entraide entre les personnes d’une même communauté est source de résilience.


L’homme étant semblable dans ses réactions grégaires à un animal, la peur déraisonnée d’un prédateur inconnu peut se propager très rapidement mais il peut aussi trouver les ressources nécessaires pour soutenir les membres les plus faibles du groupe. Cette aide aux autres générera alors une confiance nouvelle et un sentiment de force au sein de la communauté.



Portez-vous volontaire pour aider les plus faibles, soyez créatifs, cela nous aidera à juguler la crise et à préserver notre résilience. 


Recherchez dès maintenant des activités de loisir pour soutenir votre hygiène mentale : restez en mouvement, profitez de la nature, détendez-vous et mangez sainement.


Soyez un exemple de résilience mentale pour autrui car … c’est contagieux !




Erik DE SOIR

Major, Docteur en psychologie et Docteur en sciences sociales et militaires

Coordinateur de la recherche scientifique et technologique, IRSD

Spécialisé dans l'étude de la gestion des catastrophes, thérapeute du trauma au sein du centre de traitement De Weg Wijzer (www.dewegwijzer.org)