A A A

Criminalité économique, financière, informatique

Encourager les rêves immobiliers des plus vulnérables et les plonger ensuite sans remords dans une situation financière encore plus précaire… telles sont les caractéristiques de ce type d’escroquerie. Comme pour beaucoup de fraudes spécialisées, ce phénomène est le fait d’organisations criminelles. Comment sont-elles structurées, quel est leur fonctionnement et qui sont leurs membres ? Nous nous focaliserons ici dans une approche non exhaustive des rôles et missions de chacun.

Notre quotidien se déroule désormais en ligne. Webservices et autres applications mobiles nous amènent bien souvent à un compromis difficile entre confort et sécurité. Les cybercriminels profitent de notre manque de vigilance à l’égard des données importantes que nous stockons et partageons par le biais des nouveaux médias. Comment évaluer ces menaces qui peuvent coûter très cher (sextorsion, vol d’identité, fraudes bancaires, etc.) ?

Comment peut réagir une école lorsqu’un de ses élèves devient victime du sexting ? En dehors de la démarche judiciaire, les éducateurs et plus largement l’établissement scolaire, peuvent s’impliquer concrètement pour résoudre certaines situations, soutenir la victime voire rétablir, le cas échéant, la relation entre la victime et l’auteur.

Si certains ont les moyens de s’offrir un bien immobilier, pour d’autres, ce n’est qu’un rêve, une envie rendue inaccessible compte tenu de ressources financières insuffisantes. C’est pour vendre du rêve aux plus démunis que des organisations criminelles d’escrocs se sont spécialisées dans la fraude aux crédits hypothécaires. Quels sont les mécanismes et la dynamique qui se cachent derrière cette escroquerie particulière mais courante ?

Le rapport d'Europol 2017 sur la cybercriminalité insiste sur la croissance inquiétante de ce phénomène. Ce rapport annuel, dénommé iOCTA, met en évidence l’usage de plus en plus important des rançongiciels, la vulnérabilité de l'Internet des objets (iOT), les cyberattaques «quotidiennes» contre des infrastructures critiques de moindre importance, et le succès de la fraude par carte non présente (CNP).