Ce site utilise des cookies qui permettent d'optimiser les contenus de Secunews asbl en fonction des statistiques d'audience. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à ces fins. Pour plus d’informations, consultez notre politique de confidentialité. Politique de confidentialité

A A A

Malgré le manque de fiabilité voire l’inexistence de données empiriques portant sur le commerce illicite de biens culturels, il existe, toutefois, suffisamment de preuves qui démontrent que ce trafic englobe tant la petite délinquance et la criminalité́ en col blanc que le crime organisé. Qui sont concrètement les acteurs intervenant dans ce type de trafic ?

 

La lecture de cet article est réservée aux utilisateurs de SecuNews.be Veuillez cliquez ici pour souscrire à un abonnement.