A A A

Sécurité: Acteurs et cadre réglementaire

Pourquoi cette question ? Tout simplement parce que régulièrement, le problème lié à l’acte autopsique réapparaît au gré des médias, au fil des ans et l’on se demande ainsi pourquoi il faut maintenir cette pratique médicale alors que la médecine dispose d’instruments exploratoires tellement performants comme par exemple l’imagerie par résonance magnétique.

Le nouvel an est souvent l’occasion pour les particuliers de lancer des pétards, fusées et autres lampions. Cette pratique comporte néanmoins certains risques, ce qui lui vaut d’être encadrée par la législation, comme nous l’avons examiné dans un premier article. Les candidats aux feux d'artifice s'informeront tout d'abord quant à l'interdiction ou non de leur usage par la commune du lieu. Voici des recommandations bien utiles pour organiser un feu d’artifice en toute sécurité.

A quoi servent les call-center et Be-Alert dans un contexte de crise ? L’information de la population dans l’urgence est du ressort des Autorités et ces dernières, nous l’avons vu précédemment, doivent l’organiser de manière méthodique et cohérente. La gestion de la communication exploitera à la fois les différents médias de presse, Internet, les medias sociaux et, au besoin, un ou des Call-center ainsi que le système Be-Alert dont nous explicitons ici le fonctionnement. 

Quels feux d’artifice peut-on acheter et utiliser en tant que particulier, sur la voie publique ? Quels conseils de prudence pour éviter tout accident ? Durant la nuit du nouvel an, nombre de particuliers utilisent des feux d’artifice, qu’il s’agisse de feux de bengale, de fusées, de pétards ou autres compositions pyrotechniques produisant des effets lumineux, fumigènes ou sonores. Ce n’est cependant pas sans risques ... et des accidents, parfois des brûlures graves, sont à déplorer chaque année.

En organisant cette journée de réflexion en collaboration avec l’INCC, le Centre d’études sur la Police (CEP) donne l’occasion aux membres des forces de l’ordre ainsi qu’aux magistrats, responsables pénitentiaires, fonctionnaires des douanes et officiers d’état civil notamment,  de passer en revue toutes les facettes liées à l’identification d’un individu, les processus de validation, les notions juridiques, les techniques et pratiques actuelles des services spécialisés en la matière.