A A A

Pompiers, forces de l’ordre, équipes mobiles d’aide médicale urgente et de réanimation, assistants sociaux, psychologues de terrain, etc. sont amenés à porter secours aux victimes d’attentat et à leurs proches. Ces situations leur font éprouver des émotions intenses de façon répétée. A la longue, elles engendrent une surcharge émotionnelle à l’origine d’une forme d’épuisement professionnel nommé Stress Traumatique Secondaire.

La lecture de cet article est réservée aux utilisateurs de SecuNews.be Veuillez cliquez ici pour souscrire à un abonnement.