A A A

Voici un peu plus d'un siècle que l'identification par les empreintes digitales fait quasi partie du quotidien de l'enquêteur en matière criminelle. Nombre d'énigmes policières ont été résolues par les traces de doigts laissées sur les lieux de crimes et délits par leurs auteurs. L'histoire et la technique de la dactyloscopie sont enseignées dans toutes les écoles de police et aujourd'hui, tous les services du monde possèdent leur fichier dactyloscopique. Jusqu'à la découverte de l'empreinte génétique, on a longtemps cru que c'était la preuve par excellence et cela a été le cas, à l’exception de quelques dérapages dus à des erreurs humaines. Qu'est-ce à dire?

La lecture de cet article est réservée aux utilisateurs de SecuNews.be Veuillez cliquez ici pour souscrire à un abonnement.