Ce site utilise des cookies qui permettent d'optimiser les contenus de Secunews asbl en fonction des statistiques d'audience. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à ces fins. Pour plus d’informations, consultez notre politique de confidentialité. Politique de confidentialité

A A A

Quelles précautions prendre lorsque je dois dépasser un cavalier ? Puis-je couper la route à un groupe de cavaliers si j’ai la priorité ? Après un rappel des règles et conseils que les cavaliers doivent suivre lorsqu'ils circulent sur la voie publique, les obligations et recommandations qui visent les usagers en présence de chevaux.




Un cheval est vite effrayé et le conducteur doit en tenir compte



Rappelons-le, naturellement, le cheval est un animal craintif. Un mouvement ou un bruit imprévu peuvent lui faire peur et provoquer un emballement ou une ruade. Voilà pourquoi le conducteur qui s’approche de chevaux sur la voie publique (ou d’autres animaux de traits, de charge et de monture, ou des bestiaux…), est tenu de ralentir. Il doit même s’arrêter si ces animaux manifestent des signes de frayeur.


Un conducteur, c’est bien entendu un automobiliste, mais pas seulement. Ainsi, les motards et cyclomotoristes sont aussi concernés, à commencer par ceux qui ont malheureusement trafiqué leur pot d’échappement et qui sont donc particulièrement bruyants…


A l’inverse, un moyen de transport très silencieux peut aussi effrayer un cheval lors d’un dépassement. Sont ici visés les cyclistes par exemple, mais aussi les véhicules électriques, lorsqu’ils approchent trop vite d'un cheval par l’arrière ou entament leur dépassement au dernier moment. Les yeux du cheval sont en effet placés de chaque côté de la tête. Ce qui lui donne un champ visuel de 340° sur 360°. Il a un petit angle mort à l’avant de la tête, mais la plus grosse partie de ces 20% d’angle mort se situe juste derrière lui. Voilà pourquoi tout conducteur d’un engin silencieux qui surgit brusquement de cet angle mort peut provoquer une réaction de panique du cheval…



Lorsque des groupes de cavaliers croisent votre route …



L’autre règle importante du code de la route, qui s’applique cette fois à tous les usagers quels qu’ils soient, concerne les cavaliers en groupe. Comme on l’a vu dans l’article sur les droits et obligations des cavaliers, les groupes de plus de 10 cavaliers peuvent être accompagnés d’un chef de groupe âgé de plus de 21 ans, équipé d’un brassard tricolore et d’un signal C3.

Ce dernier peut par exemple immobiliser les véhicules aux carrefours sans feux pour laisser passer le groupe de cavaliers qu’il mène.

Bien entendu, les conducteurs sont tenus d’obéir à ses indications, même s’il s’agit d’un carrefour où ils bénéficieraient en principe de la priorité. Mais n’oublions pas que le chef de groupe peut aussi interdire à des piétons de traverser pour faire circuler un groupe de cavaliers. Les piétons devront eux aussi obéir à ces indications.


Si des cavaliers ne sont pas accompagnés d’un chef de groupe, est-ce pour autant une bonne idée, pour un usager, de couper la route à un tel groupe ? Pas vraiment. Comme on l’a vu plus haut, il y a toujours le risque d’effrayer un cheval. Et pour un piéton ou un deux roues, il y a même le risque de se faire renverser par une ruade.

Nous recommandons dès lors à toute personne qui croise la route de cavaliers sans chef de groupe, de faire preuve également d’un peu de patience et de laisser passer le groupe dans sa totalité avant de continuer son chemin. Et puis, c’est aussi une bonne occasion d’admirer ce qu’on appelle «la plus belle conquête de l’homme» !



Commissaire Olivier QUISQUATER

Police fédérale



Plus d’informations dans la revue Via Secura n°71 de VIAS



Article précédent : A cheval sur la route : règles et conseils pour les cavaliers